SGAR

Activités de l’État en Bretagne

Bienvenue sur le rapport d’activité 2019
des services de l’État en région Bretagne

Sommaire

Michèle KIRRY V2

L’éditorial de Michèle Kirry,
préfète de la région Bretagne

Je ne saurais revenir sur les évènements marquants de l’année 2019 sans évoquer la crise sanitaire de 2020. Je tiens à remercier tous les agents de l’Etat dans la région. Leur force est le prolongement de leur engagement constant au service des Bretonnes et des Bretons. Dans la gestion de crise comme dans la préparation des territoires aux évolutions du monde, souvent complexe (autour du Brexit  et de ses impacts économiques pour la pêche par exemple), c’est en effet en étant constamment aux côtés des partenaires locaux pour construire la Bretagne de demain que s’inscrit l’action de l’État en Bretagne. C’est  aussi, je le crois, parce que de longue date l’action publique s’exerce, en Bretagne peut-être plus qu’ailleurs, dans un esprit de partenariat, à tous les niveaux (communal, intercommunal, départemental et régional) que les territoires bretons font preuve de résilience. Je tiens ici à saluer ce climat de confiance réciproque.

Cette « marque de fabrique » bretonne, collective et respectueuse des prérogatives de chacun, s’est traduite dès le début de l’année 2019 par la signature du contrat d’action publique et du pacte d’accessibilité pour la Bretagne. Loin d’être purement formels, ces deux engagements font l’objet d’un suivi régulier de la part des services de l’État et du conseil régional ainsi que d’un examen par l’ensemble des collectivités bretonnes au sein de la conférence territoriale de l'action publique. Surtout, leurs effets se traduisent de manière concrète, avec, par exemple l’expérimentation, unique en France, d’un dispositif particulier d’investissement locatif intermédiaire (dit Pinel breton) ou encore la mise en 2 x 2 voies de tronçons successifs sur la RN 164. Le lancement, à l’automne 2019, de la préparation du prochain contrat de plan Etat-Région permet d’inscrire l’action collective dans le temps.

La cohésion est le guide de notre action. La cohésion territoriale, qu’illustre le soutien apporté aux centralités au moyen de l’appel à projets « centres-villes centres bourgs » en partenariat entre l’État, la Région, l’Établissement Public Foncier et la Banque des Territoires. 70 nouveaux projets de dynamisation de centres-bourgs et villes ont ainsi été soutenus en Bretagne pour accompagner les villes et bourgs qui réinventent leur centre pour retrouver une attractivité et s’adapter aux nouveaux modes de vie de leurs habitants. La cohésion sociale ensuite, avec la mobilisation de moyens accrus pour lutter contre la pauvreté, en lien avec les collectivités. Coordonnés par le commissaire à la lutte contre la pauvreté, placé à mes côtés, ils se sont prolongés par la candidature des sept collectivités bretonnes (les 4 Départements, la Région et les 2 Métropoles) pour constituer un service public de l’insertion dont le projet, soutenu par le gouvernement, se déploiera à partir de 2020.

Être aux côtés des acteurs locaux pour faire émerger et soutenir initiatives et propositions fonde l’action des services de l’État en région. C’est ainsi que les débats autour des violences conjugales qui se sont tenus en Bretagne ont pu nourrir le Grenelle des violences conjugales à l’automne 2019. C’est ainsi également que l’ensemble des acteurs économiques et sociaux bretons ont travaillé ensemble à la "mobilisation nationale pour l’emploi et la transition écologique et numérique" pour développer l’apprentissage et lever les freins à la reprise d’emploi. C’est ainsi, enfin, en allant à la rencontre du monde agricole et de l’industrie agro-alimentaire, comme j’ai pu le faire au printemps 2019, que se nourrit l’indispensable transition du modèle breton sur lequel les Français ont pu compter pendant la crise mais qui doit aujourd’hui intégrer leur légitime demande de développement durable.

L’ adaptabilité doit donc être la ligne directrice de l’action de l’État en Bretagne et c’est le sens que j’entends lui donner. En travaillant à de nouvelles délégations de compétences, mais aussi en partageant les bonnes pratiques (en matière d’achat public par exemple) et en optimisant l’organisation des services de l’Etat notamment en préparant la mutualisation des fonctions support et en soutenant les projets numériques en leur sein.

Au-delà des quelques exemples cités, ce rapport annuel d’activité des services de l’État en région permettra de trouver l’illustration de leurs interventions dans tous les domaines de l’action publique. C’est donc avec une grande fierté que je souligne ici l’engagement de chacune et de chacun au service de tous.

Je souhaite à toutes et tous une bonne lecture de ce rapport annuel 2019.


Chapitre 1

Chapitre 1
-

Développement économique,
emploi et formation
professionnelle

CHAPITRE_N3-medium

Chapitre 2
-

Aménagement et
équilibre territorial

CHAPITRE_N2-medium

Chapitre 3
-

Agriculture

CHAPITRE_N5-medium

Chapitre 4
-

Mer et littoral

CHAPITRE_N4-medium

Chapitre 5
-

Développement durable
et environnemental

CHAPITRE_N6-medium

Chapitre 6
-

Culture, jeunesse
et cohésion sociale

CHAPITRE_N8-medium

Chapitre 7
-

Égalité entre les femmes
et les hommes

CHAPITRE_N7-medium

Chapitre 8
-

Santé et protection
des populations

CHAPITRE_N9-medium

Chapitre 9
-

Recherche et Innovation

Icone chapitre 10

Chapitre 10
-

Moderniser et simplifier
l’État en région