Chapitre 9 – Recherche Innovation et Culture scientifique

La recherche et l'innovation requièrent des moyens et des efforts pour assurer la continuité entre des travaux fondamentaux et des applications industrielles ou bénéfiques pour la société. Cette continuité est intégrée dans des politiques publiques favorisant le développement économique et intéressant la société. Il est essentiel que la société comprenne les recherches conduites par les communautés scientifiques. Obtenus dans les laboratoires de recherche, les résultats doivent aussi être transférables dans les entreprises françaises.
La délégation régionale à la recherche et à la technologie (DRRT) pour la Bretagne soutient tous les dispositifs qui concourent à ce continuum « recherche, innovation, diffusion ». Ainsi pour diffuser les connaissances, la DRRT soutient chaque année financièrement la Fête de la Science. Le déploiement du Contrat de Plan Etat Région pour les volets « équipements scientifiques » et « innovation » par la DRRT soutient les investissements dans les laboratoires et les structures d'innovation labellisées CRT (Centres de Ressources Technologiques), CDT (Cellules de Diffusion Technologique) et PFT (plateforme technologique). En octobre 2018, fière de ses structures, la Bretagne a accueilli le congrès de l’AFCRT qui s’est déroulé sur 2 jours sur le site de Perros-Guirec. La DRRT a participé à l’élaboration du programme ainsi qu’à l’organisation de la journée.
Concernant la création d'entreprises issues de la recherche, l'année 2018 est marquée par les très bons résultats de l'incubateur Emergys Bretagne, cofinancé par l'Etat et la Région, et par le succès d'étudiants entrepreneurs au concours national Tremplin Pépite.

©AFCRT

I - Structuration de la recherche publique et soutien à la recherche privée

Stratégie Nationale des Infrastructures de Recherche

En 2018, le Ministère de la Recherche de l'Enseignement Supérieur et de l'Innovation (MESRI) a conduit un travail important aboutissant à la mise à jour de la Stratégie Nationale des Infrastructures de Recherche. Les Infrastructures Nationales de Recherche permettent de regrouper sur un site, ou de façon distribuée sur l'ensemble du territoire, des moyens remarquables au service de la recherche académique. La feuille de route nationale 2018-2020 a retenu ainsi 99 infrastructures qui couvrent l'ensemble des disciplines scientifiques. Plusieurs acteurs académiques en Bretagne sont déjà très impliqués dans ces infrastructure nationales. La DRRT a inscrit ce chantier dans ses priorités d'actions.
Ainsi en 2018 plusieurs actions d'accompagnement ont été conduites : d'une part des porteurs de platesformes afin qu'ils s'inscrivent dans cette démarche nationale et européenne, et d'autre part des structures comme le GIS Biogenouest qui fédère 34 plates-formes dans le Grand Ouest pour faire émerger des nœuds et donc une offre globale pour renforcer les infrastructures nationales. Plusieurs projets ont été déposés dans le cadre de l'évaluation des nouvelles Infrastructures Nationales en Biologie et Santé. Enfin, un projet structurant visant à la mise en place d'une infrastructure numérique en cohérence avec la stratégie nationale sur les données ouvertes est en construction. Ces efforts combinés visent à faire de la Bretagne un territoire doté d'équipement structurant et de hautes technologies au service de la recherche et de l'innovation.

©Ministère de l’enseignement supérieur de la recherche et de l’Innovation

Un projet de recherche hospitalo-universitaire d'envergure

Dans le cadre des appels à projets du programme d' investissements d'avenir, la Bretagne s'est dotée d'un projet de recherche hospitalo-universitaire d'envergure.
Le projet « Followknee » regroupe 7 partenaires: : le LaTIM, la société SLS, le CEA Grenoble, Immersion, Imascap, b<>com, ID2Santé. Le pilote de ce projet est le LaTIM : laboratoire à l’interface entre l’Université de Bretagne Occidentale (UBO), l’Institut Mines-Télécom Atlantique (IMTA), l’INSERM et le CHRU de Brest. Le projet se déroule sur 5 ans avec un budget de 24,5 M€. Followknee vise à révolutionner la chirurgie du genou depuis la conception des prothèses jusqu'au suivi post-opératoire, en passant par la fabrication et la pose. Ce projet est le témoin de synergies indispensables entre les académiques, les hospitaliers, les structures de transferts, les IRT et les industriels. Résolument affiché en médecine personnalisée et de précision, ce projet conjugue la réalité augmentée, l'impression 3D et la prothèse connectée, les technologies innovantes.

6 850
salariés impliqués dans des programmes de recherche et de développement d'entreprises

 154 M€
de créance

Le crédit impôt recherche (CIR)

La recherche et le développement des entreprises sont soutenus grâce au crédit impôt recherche (CIR). En 2018, l'activité de recherche dans les entreprises demeure soutenue avec un nombre de rescrits en croissance. Vingt-six Jeunes Entreprises Innovantes supplémentaires se sont installées en Bretagne. Cette tendance suit la dynamique d'incubation d'entreprises innovantes en Bretagne. L'observatoire régional du CIR 2018, qui s'applique aux données de l'année 2015, fait état de dépenses de recherche privées de 431 M€ pour un crédit d'impôt de 154 M€. Ces activités concernent 6 850 salariés d'entreprises qui sont directement impliqués dans des programmes de recherche et de développement. Les secteurs les plus soutenus au titre du CIR sont l'industrie électronique et électrique, le conseil et l’assistance en informatique, le numérique, le service d'ingénierie et le secteur agricole et agroalimentaire. Près de 43 % des entreprises sont des PME.

II - Recherche partenariale et création d'entreprises innovantes

Tremplin Carnot AgriFood Transition

Les premières Rencontres AgriFood Transition se sont tenues à Ploufragan le vendredi 9 février 2018.
Près de 70 scientifiques, issus principalement des 15 composantes du Tremplin Carnot, se sont réunis pour échanger sur une même thématique : la R&D de l'alimentation durable, pour la santé de l'homme et son environnement.
Qualité et sécurité des aliments, froid et climatisation, santé des animaux d'élevage, production végétale, animale, marine ou agroalimentaire, santé au travail, biotechnologie, etc.

Les expertises qui se sont croisées étaient nombreuses. Ce fut l'occasion d'explorer de nouvelles pistes pour de futurs travaux de recherche et de développer une offre de R&D susceptible d'intéresser les industriels des secteurs agricoles, aquacole et agroalimentaire.
Enfin grâce aux actions conjointes entre les laboratoires de recherche et les centres techniques au sein du Tremplin Carnot Agrifood Transition , une progression de la coopération entre la recherche publique et privée est constatée pour le secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire. Tous ces résultats concourent à la dynamique de l'économie bretonne.

1 M€
de dotations à des projets de recherche technologiques

IRT b<>com et Société d'Accélération et de Transfert de Technologie : SATT Ouest Valorisation

La DRRT administre l'IRT b<>com et la SATT Ouest Valorisation avec la DIRECCTE. Pour ces deux structures, l'année 2018 a permis d'atteindre les objectifs ambitieux fixés par l'Etat et ses partenaires. Ces réalisations sont rendues possibles par le travail de proximité des différents acteurs.
L'IRT b<>com a poursuivi son développement en intégrant de nouvelles entreprises et en poursuivant ses investissements dans les domaines des hypermédias, des réseaux et de la e-santé. Soutenu par les crédits du programme des Investissements d'Avenir pouvant aller jusqu'à 80 M€, b<>com poursuit son déploiement pour devenir un acteur incontournable des technologies numériques. Il obtient déjà des succès majeurs. En 2018 est lancée la première spin-off issue des travaux en réalité virtuelle de b<> com et de la société Green Hill Studio.
La Société d'Accélération et de Transfert de Technologie, SATT Ouest Valorisation renforce son action en accompagnement de la structuration de partenariats entre la recherche publique et les PME ou les ETI. Ainsi trois laboratoires communs « LabCom » ont été retenus par l'ANR en 2018. Les LabCom sont des « laboratoires communs » entre une PME ou une ETI et un laboratoire de recherche académique permettant la construction d'une stratégie commune. En 2018, trois « LabCom » GreenCare, ScriptandLabs et BioTechAlg ont bénéficié du soutien de la SATT et ont été lauréats de l'appel à projet de l'ANR en 2018.

©SATT


lauréats en Bretagne
dont 1 lauréat grand prix national

Création d'entreprises de technologies innovantes

Le concours national d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes concours I-Lab, organisé en partenariat avec BpiFrance a permis de soutenir les meilleurs projets de création d'entreprises de technologies innovantes, en leur offrant une aide financière et un accompagnement adapté. En 2018, le jury national a consacré 64 projets d’entreprises sous la bannière « deep tech », c’est-à-dire à haute valeur technologique. Sept projets bretons, dont 1 lauréat grand prix national (sur 14 possibles), sont lauréats ce qui place la Bretagne à la 3ème place des régions derrière l’Ile de France et Auvergne Rhône Alpes et à égalité avec l’Occitanie. Ce résultat est excellent et est le meilleur score jamais obtenu en Bretagne. Ce succès est le reflet de l’efficacité de l’incubateur régional Emergys Bretagne soutenu par la Région Bretagne et le MESRI. Il reflète également la très bonne articulation entre la SATT Ouest Valorisation et l’incubateur qui fédère toutes les technopoles de Bretagne. Il est important de noter que le dynamisme de l’incubateur est reconnu à l’échelon national, marqué par une augmentation de la dotation du MESRI de 220 K€ pour l’année 2017 à 250 K€ pour l’année 2018. La plupart des projets lauréats puisent leur ressourcement technologique dans les résultats scientifiques d’équipes de recherche académiques. Ces entreprises contribuent au rayonnement et à la compétitivité française par les technologies de pointe qu’elles mettent en œuvre.
Les lauréats du dispositif reçoivent une subvention d'un montant maximum de 450K€ pour accompagner leur stratégie de développement.
Les projets s’appuient majoritairement sur des technologies numériques et concernent des marchés importants dont certains sont considérables pour la Bretagne, comme l’agriculture. Le secteur de la santé est très bien représenté, témoin de ce que peut apporter le numérique dans ce domaine avec un fort potentiel de développement.
L’anniversaire des 20 ans d’Emergys en Bretagne : tous ces lauréats ont été mis à l’honneur lors de la cérémonie des 20 ans de l’incubateur Emergys Bretagne et des concours qui s’est déroulée le 19 octobre 2018 à La Mabilais à Rennes. Cette cérémonie a été également l’occasion de récompenser les 6 étudiants entrepreneurs lauréats tremplin PEPITE.

III - Culture scientifique, technique et industrielle

La Fête de la science

La Fête de la science est une manifestation nationale placée sous l’égide du MESRI avec la participation active de la DRRT. Elle permet depuis plus de 25 ans de favoriser la rencontre directe entre les scientifiques et le grand public. Elle rassemble les citoyens et les chercheurs sur les villages des sciences durant une semaine au mois d'octobre. Les villages des sciences sont ouverts aux élèves dès le primaire et sont des lieux où des vocations peuvent naître. Les villages sont répartis sur l'ensemble du territoire breton.
En Bretagne l'Espace des sciences de Rennes coordonne l'action régionale dans chaque département.
Les animations sont organisées par les centres de sciences de Brest (Océanopolis), Morlaix (Espace des sciences), Lorient (Espace des sciences-Maison de la mer), Lannion (Planétarium, Cité des télécoms, Lannion Trégor Communauté), St Brieuc (Zoopole) et Rennes (Université de Rennes 2).
Du 5 au 7 octobre 2018, ce sont 57 000 personnes qui ont participé aux manifestations organisées sous la forme de conférences, rencontres, animations scientifiques pour les scolaires, expositions, portes ouvertes de laboratoires, sorties sur le terrain. Les événements phares ont été les villages des sciences de Brest et de Rennes avec une fréquentation record pour ce dernier qui était organisé par l’Université de Rennes 2.

L’Espace des sciences assure pour la Bretagne la coordination régionale pour la Fête de la science.
Beaucoup d’animations ont lieu en Bretagne avec une organisation reposant sur les coordinations départementales :

  • Océanopolis pour le Finistère
  • Lannion Trégor Communauté, la Cité des Métiers et le Petit Echo de la Mode pour les Côtes d’Armor
  • L’Espace des sciences / Maison de la Mer pour le Morbihan
  • L’Espace des sciences pour l’Ille-et-Vilaine.

Six villages des sciences à Pleumeur-Bodou, Saint-Brieuc, Brest, Concarneau, Morlaix, Roscoff et Rennes, et près de 450 événements ont été proposés au grand public et aux scolaires : rencontres, animations, expositions, portes ouvertes, projections, événements d’envergure. En 2018, un comité d’ambassadeurs a été nommé par le MESRI pour aller à la rencontre du public et des médias pour parler de cette manifestation : scientifiques, journalistes, youtubbers, etc. Ces ambassadeurs seront les porte-drapeaux de la diffusion de la connaissance et du partage des sciences.

©EspacedesSciences

57 000 
participants

TARA, la goélette scientifique

TARA, la goélette scientifique, est de retour à son port d'attache, Lorient, après deux années et demi d'expédition.
Le 27 octobre, un rassemblement maritime en présence du ministre de l'enseignement supérieur, de la recherche et de l'innovation, a fêté la goélette d'expédition scientifique. Elle a sillonné l’océan Pacifique sur près de 100 000 kilomètres avec, à son bord, une équipe scientifique interdisciplinaire.
D’Est en Ouest et du Sud au Nord du Pacifique, cette mission est de loin la plus étendue jamais réalisée sur les récifs coralliens de par son ampleur géographique à travers 26 pays et le nombre de prélèvements et mesures effectués.
L’objectif de cette expédition était d’ausculter la biodiversité des récifs coralliens et leur évolution face au changement climatique et aux pressions anthropiques, en récoltant des échantillons de corail, ainsi que de nombreuses données physico-chimiques dans tout l’océan Pacifique. Le but est de mieux comprendre les mécanismes profonds d’adaptation des coraux aux différents changements environnementaux qu’ils subissent : destructions, pollutions, pression touristique et changements climatiques.

©drrt
imprimer